Communauté hippie du web

Forum pour les hippies et tous ceux qui critiquent la société dans la non-violence.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lilith is in the place !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Lilith is in the place !   Dim 24 Avr - 20:31

Je suis née le premier Juillet 1980 dans la douce campagne angevine. Mon prénom, Sarah, me fut donné en l'honneur de la chanson de Johnny Hallyday "Oh, ma jolie Sarah" . Je suis blonde aux yeux bleus, je mesure 1,65m pour 51 kg et chausse du 38. Mes mensurations sont 88-59-92, en bonnets je mets du 75B , et ai eu trente ans l'été dernier .

Ma mère biologique disparut quelques jours après ma naissance. Mon père était _ et est encore! _ un vieux hippie, dans une ferme avec dépendances héritée de sa mère. Y vivait alors une communauté mouvante, sans cesse renouvelée, de couples et d'enfants de tous âges. On peut donc dire que je fus élevée par toutes et tous à la fois! En ce temps-là déjà ce genre de congrégation avait depuis longtemps cessé d'exciter la curiosité des médias, et jusqu'à mon adolescence je vécus pour ainsi dire coupée du monde normal, mon père considérant tout naturellement l'école "bourgeoise" comme un bastion d'oppression culturelle et réactionnaire; si pour des raisons légales et financières _ les allocs! _ j'y fus régulièrement inscrite, personne ne se soucia jamais de savoir si j'y allais ou pas, d'un coté comme de l'autre : je ne vis jamais la moindre assistante sociale venir s'enquérir de mon sort à la ferme, et si quelques lettres d'injonction y arrivèrent, je me rappelle que certains courriers étaient , selon le sigle qui figurait sur l'enveloppe, solennellement brûlés par les hippies sans avoir été consultés !

Une enfance de pur bonheur donc! L'éducation ( ou, selon certains, la contre-éducation ) hippie tient en une seule phrase: "Fais ce que tu veux, mais démerdes-toi et assumes-en les conséquences" _ ce en quoi certains verront surtout un bon prétexte pour ne pas avoir à s'occuper des gosses! L'été, tout le monde vivait nu et les adultes ne se gênaient pas pour forniquer quand l'envie leur en prenait. Bien évidemment, nous, les gosses, essayions de les imiter dans la faible possibilité de nos moyens naissant! Tout ça pour vous dire qu'adoptant, dans l'innocence de mes jeunes années, le même comportement à l'école, ça peut expliquer pour personne de l'Education Nationale ne s'est soucié de mes disparitions annuelles quelques jours après chaque rentrée : ils étaient bien débarrassés de cette chérubine blonde aux grand yeux innocents qui , avec un naturel déconcertant, mettait sa main dans le pantalon des garçons... et des filles!

Par chance l'ambiance de la communauté était très culturelle : livres, disques et magazines abondaient, apportés de tous horizons par l'incessant tourbillon d'arrivants et de partants. Mes premiers livres "sérieux" furent de grands classiques de ce milieu , "Eros et Thanatos" d'Herbert Marcuse et la "Définition de l'économie sexuelle" de Wilhelm Reich . J'avais alors 14/15 ans. Au niveau musique il y avait de tout, des centaines et des centaines de vinyles et de cassettes, du jazz au classique en passant par le rock et la chanson française. En revanche la télévision était proscrite, ainsi que la presse locale : seuls les magazines mensuels avaient droit de cité.

Les femmes étaient le moteur de cette communauté: c'étaient elles qui prenaient les initiatives, faisant du macramé, de l'art et de l'artisanat, restauraient et retapaient, allaient vendre sur les marchés, les brocantes, etc... ( j'ai même appris à faire une lampe de chevet avec un cep de vigne mdrrrrr ) Parfois je me dis qu'au cours des années j'ai sans le savoir peut-être croisé ma mère, que mon père aura été trop défoncé pour reconnaître. Les mecs, hormis les cultures "potagères" _ pas besoin de vous préciser quel type d'herbacée avait leur faveur! _ n'avaient qu'un but dans le vie : s'échanger les adresse de psychiatres et d'infirmiers complaisants, les seconds pour se procurer des médicaments à fins récréatives, les premiers pour se faire constituer un dossier qui allait leur permettre:
- à court terme d'échapper au service militaire
- à long terme de se faire mettre en invalidité pour être pensionné par la COTOREP.

A ce jour ils y sont tous arrivés; la procédure était toujours la même: se faire interner plusieurs fois d'affilée en prenant soin d'arriver à l'HP sous acide. Au bout de quelques années de ce traitement ils sont assez déglingués pour être déclarés invalides et toucher une pension. Mon père et tous se copains vivent ainsi depuis des décennies.

Je n'imaginai pas une autre existence et professai un mépris souverain pour les personnes socialement intégrées. Tout devait changer l'hiver de mes 17 ans. Par une de ces journées glaciales et tourmentées que connaît parfois l'Anjou, où chacun se claquemure chez soi en attendant que ça passe, je dénichai dans l'un des fatras de bouquins empilés dans chaque coin de la ferme, un exemplaire de "Mein Kampf" d'Adolf Hitler. Je passai l'après-midi et la nuit à le lire. Le lendemain, je venais de connaître une nouvelle naissance.

L'exemple de cet homme admirable, qui très tôt orphelin, s'était toujours débrouillé par lui-même pour aller jusqu'à créer un paradigme qui même mort continue à fasciner et à influencer le monde, me galvanisa . Je nous trouvai également en commun cette dévorante soif de culture, et remerciai la bienveillance de la providence qui m'avait fait voir le jour dans un environnement non formaté et intellectuellement si libre. Je pris également conscience de l'excellence de ma race et décidai de tout faire, désormais, pour l'améliorer à travers moi. Par chance j'étais d'un naturel très sportif et, en bonne petite campagnarde, n'avait pas peur des kilomètres en vélo! Je commençai donc par piocher dans la cagnotte commune pour aller m'inscrire à des cours de boxe française, le sport que recommandait Tonton dans son livre pour tout raciste digne de ce nom.

A la rentrée je repris l'école à seule fin d'apprendre la langue allemande. A la ferme , parmi les effluves d'encens et de patchouli, je dévorai Marx, Nietzsche, Schopenhauer , ou écoutai les Grands Maître Allemands sur de vieux vinyles Deutsche Grammophon : Beethoven, Schumann, Brahms, Wagner, Liszt, et le plus grand de tous : Anton Bruckner. En même temps je devenais une superbe jeune femme, avec toutes les caractéristiques de l'aryenne pure. Mais je me voulai complète : j'appris toutes les techniques de bricolage pour ne devoir jamais dépendre de personne. Lorsque j'avais 20 ans, un gars qui était mécano de métier est venu vivre dans la communauté; il amenait sans cesse de grosses voitures et j'ai appris la mécanique automobile à ses cotés, avant que mon père ne le flanque à la porte quand il s'est avéré qu'il nous ramenait des bagnoles volées pour les maquiller, mais sans nous l'avoir dit! Je me souviens toutefois avec émotion de nos folles étreintes dans l'odeur d'huile et de pneumatiques chauds.

Bien entendu à ce stade de la narration, vous devez vous demander comment pouvait être acceptée une "nazie" au sein d'une collectivité beatnik? C'est que précisément c'était tout le contraire d'une collectivité, mais un versatile agrégat d'individualités dont la seule caractéristique commune, le principe unificateur, était une tolérance absolue. Dans les faits, cette tolérance était plutôt une indifférence savamment entretenue par des substances plongeant chacun dans un état de béatitude tel que personne n'était jamais sûr de voir la réalité ou un rêve, hormis les quelques heures après le réveil qui étaient traditionnellement consacrées aux contingences terrestres, telles qu'aller faire les courses ou remplir quelque formulaire pour l'obtention d'une subvention . Vous comprendrez donc aisément que j'aurai aussi bien pu me balader en uniforme SS , sans provoquer d'autre émoi qu'érotique.

Au passage un détail piquant, c'est que tout ce beau monde vilipendait bien évidemment toute forme de racisme, mais sans aucun mérite car en vingt ans je n'ai vu passer dans la communauté le moindre Noir ni Maghrébin! Quelques Juifs en revanche, et une fois un Japonais _ certainement le petit frère de Yoko Ono ptdrrrrrr

C'est à peu près à cette époque là, si je me souviens bien, que je découvris Ernst Bergmann, dont les écrits vinrent confirmer ce à quoi le spectacle quotidien depuis ma plus tendre enfance m'avait préparée, à savoir que toute l'histoire de la civilisation représente une perversion car se définissant par la révolte de l'homme contre la prééminence que doit avoir sur lui la femme. De ce jour je décidai de me définir comme Vaginocrate Aryenne, partant du principe que la Femme est source de toute vie et son vagin le fameux Moteur Immobile d'Aristote.

Au lycée j'avais pris contact avec quelques personnes d'extrême-droite, mais n'y trouvai personne d'intéressant : soit des réactionnaires conservateurs et frileux qui ne savaient que bavasser savamment , soit des "crânes rasés" incultes qui avaient du national-socialisme une vision inversée, en fait celle, négative, qu'en donnent aujourd'hui les pôles officiels de la culture. Je m'éloignai bien vite de ces gens-là, d'autant mieux qu'à l'instar de Tonton, j'étais bien décidée à ne rejoindre aucun courant d'idée déjà existant, mais bien à créer quelque chose de nouveau, le génie créatif étant non seulement l'apanage de ma seule race, mais son devoir envers l'humanité.

Le temps passa; petit à petit la communauté se délita et l'argent vint à manquer. Il me fallut donc aller en gagner, puisque j'étais la seule à en avoir légalement le droit _ sans parler de l'envie ou, plus simplement encore, à en être physiquement et psychiquement capable. Il était bien évidemment hors de question que je me soumette à des procédures humiliantes comme m'inscrire à l'ANPE pour y rancir des après-midi entier au contact d'une sous-humanité tropicale, ou mendier épistolairement une place dans quelque entreprise qui m'aurait employée comme un vulgaire objet. Je récupérai donc un break 305 dont je virai tout l'intérieur sauf le siège conducteur, et mis le cap sur Angers. J'y passai quelques jours à déambuler, observer et converser avec toutes sortes de gens. Très vite je vis les niches professionnelles inoccupées: en ce début de millénaire par exemple, la livraison de plats à domicile n'existait pas à Angers , en dépit d'une classe moyenne jeune, recevant beaucoup et financièrement apte à s'offrir ce genre de service ; je retournai donc voir un traiteur et le lui fit observer.

"C'est une idée intéressante, mais je n'ai personne pour livrer" m'objecta t-il
"_ Eh bien maintenant si, tu as quelqu'un!" lui rétorquai-je du tac-au-tac

Il inscrivit ce nouveau service sur ses menus au mur de sa boutique, et quelque jour après ça démarrait! La Peugeot hâtivement garnie de cantines métalliques remplit vaillamment son office, et mon charme naturel fit le reste. Bien entendu ce succès fit des jaloux dans sa branche et une inspection de l'hygiène nous contraignit à cesser bien vite pour inadéquation du véhicule, mais que m'importait? Par le biais de cette activité j'avais déjà rencontré toutes sortes de commerciaux et fus vite chargée de petites livraisons pour lesquelles il eut été trop onéreux de fréter une camionnette. Certaines après-midi j'avais dans ma voiture les livraisons de dix commerces différents! Des vêtements d'un pressing, un fauteuil relax d'un dépôt-vente, une mini-télé d'un petit atelier de réparation... et même une fois un sapin de Noël !

J'amassai rapidement un petit pécule et , ma réputation grandissant, me déclarai avant que le fisc et l'Inspection du Travail ne me tombent dessus. Ainsi je pus postuler auprès de grandes boîtes comme La Poste, La Redoute, et m'installer en ville _ au contact de la civilisation lol . C'est peu de temps après , en 2003 exactement, que je me mis à Internet; ce fut une date marquante pour mon existence, là aussi: d'une part, je découvris, ou pus enfin lire, des auteurs dont jusqu'ici je n'avais jamais entendu parler ou jamais rien trouvé, tels René Binet, Julius Evola, G-A-Amaudruz, H.F.K.Günther, L-F Clauss , Alfred Rosenberg ( dont le "Mythe du XX° siècle" est devenu ma Bible de chevet ) etc... ; d'autre part j'y rencontrai une fille extraordinaire en la personne de Samantha, plus connue sous le pseudo de SamlaSorcière, qui m'initia à la domination sexuelle des hommes. Sous sa férule je découvris à quel point le fantasme d'être dominé par une femme est présent chez beaucoup d'hommes, toutes races confondues, et _ chose encore plus stupéfiante! _ dès leur plus jeune âge! Pendant une paire d'années nous fûmes sur le web une petite communauté wiccane de sorcières .

Actuellement je travaille aussi pour le Troc de l'Ile , etc... en totale indépendance, ce qui me permet de mener une existence digne et racialement honorable. J'ai acheté et retapé une fourgonnette Renault plus apte à mon type d'activité . Evidemment ce n'est pas de tout repos, je me lève souvent à cinq heures, mais en en mettant un coup j'ai souvent mes après-midi de libres et peux me consacrer à la lecture. Je ramasse aussi pas mal de pourboires en laissant les papys loucher dans mon décolleté, et l'été je travaille toujours avec des shorts ultra-courts, ce qui fait que je suis très demandée . J'estime donc mener une existence satisfaisante, de toutes façons j'ai un tempérament hyper-actif alors ça ne me gêne pas d'être toujours par monts et par vaux. Quelquefois même je dois convoyer des paquets dans une ville voisine !

Vous devez aussi vous demander pourquoi une nana aussi consciente de sa race n'a pas de progéniture? Eh bien laissez-moi vous dire que quand on a un père comme le mien, on n'a pas besoin d'enfants lol. Je vais chez lui tous les Dimanches car si je ne suis pas là à le surveiller il laisse complètement aller l'intérieur de la maison, mais sachant que je vais venir lui et ses copains sont obligé de maintenir un niveau de ménage et de vaisselle convenables. Ils sont là quelques vieux hippies célibataires grisonnants ou carrément chauves , largués par les femmes depuis longtemps, un peu ( beaucoup) perdus avec leurs vieilles fringues et leur retours d'acide. En revanche il a , dans le Gard, des copains qui ont réussi à maintenir une communauté comme elle l'était ici du temps de mon enfance. Tous les étés on y descend avec une vieille Mercedes de 1969 _ un modèle avec des déflecteurs aux vitres avant! _ qui en est à son quatrième moteur. Ici dans la grange il y a des dizaines de cartons remplis de disques, de bobelots, de bouquins et de revues des années 60 et 70, de temps en temps j'y fais des découvertes insensées, des magazines ronéotypés tirés à quelques exemplaires seulement, le premier "Rock'n'folk" , etc...







Revenir en haut Aller en bas
Celiboupa

avatar

Nombre de messages : 151
Localisation : Liège (B)
Date d'inscription : 25/08/2010

MessageSujet: Re: Lilith is in the place !   Lun 25 Avr - 19:15

Drôle de personne que vous êtes ... Pour moi, ce qu'à fait Hitler n'est pas un exemple. Et je suis fière d'être Belge mais ce n'est pas pour autant que je suis contre les autres (à part certains peuples mais c'est une autre histoire). Et pourquoi avoir mis toutes vos mensurations ?? Shocked
Revenir en haut Aller en bas
http://soyons-cool.exprimetoi.net
oiseaulys

avatar

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 01/04/2011

MessageSujet: Re: Lilith is in the place !   Lun 25 Avr - 21:45

Non, il n'y a pas toutes les mensurations : il manque le quotient intellectuel. Oui, il manque cruellement !
Revenir en haut Aller en bas
Celiboupa

avatar

Nombre de messages : 151
Localisation : Liège (B)
Date d'inscription : 25/08/2010

MessageSujet: Re: Lilith is in the place !   Lun 25 Avr - 22:01

oiseaulys a écrit:
Non, il n'y a pas toutes les mensurations : il manque le quotient intellectuel. Oui, il manque cruellement !
Oui, ça plus le pourcentage des capacités émotionnelles, la sensibilité à certaines situations/ images ...
Revenir en haut Aller en bas
http://soyons-cool.exprimetoi.net
oiseaulys

avatar

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 01/04/2011

MessageSujet: Re: Lilith is in the place !   Mar 26 Avr - 12:44

Voilà comment on termine un week-end de Pâques où on s'est particulièrement fait chier ! !
Revenir en haut Aller en bas
oiseaulys

avatar

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 01/04/2011

MessageSujet: Re: Lilith is in the place !   Mar 26 Avr - 16:04

Juste la gueule de bois d'un lendemain de foire, mon pauvre ami ! T'as vraiment rien vu !
Revenir en haut Aller en bas
psychédéliquetrip

avatar

Nombre de messages : 55
Age : 24
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Lilith is in the place !   Mer 27 Avr - 14:33

bon je pense pas que des nazis ont leur place sur un forum où on est censé discuter de la société dans la non violence, le respect de chaque personnes et culture. Le nazisme est totalement different de nos convictions. Les êtres humains sont égaux et il n'y a aucune race, seulement une espèce d'homme: L'homo sapiens. De plus la femme et l'homme sont de même egaux.
Revenir en haut Aller en bas
admin
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 563
Age : 34
Localisation : paris
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Lilith is in the place !   Mer 11 Mai - 11:19

Je viens de faire un tour sur le forum (après des mois et des mois d'absence), histoire de voir si c'était toujours actif. J'ai vu quelques messages de "Lilith" et je me suis permis de la bannir du forum et de supprimer ses images (je pense que c'est tout à fait légitime).
Revenir en haut Aller en bas
http://webcommunaute-hippie.frbb.net
psychédéliquetrip

avatar

Nombre de messages : 55
Age : 24
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Lilith is in the place !   Mer 11 Mai - 17:45

bravo, je pense que ça soulagera tout le monde
Revenir en haut Aller en bas
Emilie12345

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 33
Localisation : Quelque part
Date d'inscription : 28/11/2011

MessageSujet: Re: Lilith is in the place !   Mar 29 Nov - 0:53

El relisant ton texte et ses passages sur hitler et tout le reste, je pense à un truc : Du pipeau !

Déjà, c'est un concentré de clichés sur les Hippies (et peu de hippies auraient nommé leur fille selon une chanson de Johnny car Johnny Hallyday était fortement méprisé des Hippies tout comme Sardou).

C'est là une pratique courante par les membres de l'extrème droite raciste de se faire passer pour des membres d'un groupe et d'en salir la réputation par des propos à la con.

Sur un forum de Lesbiennes, nous avons eu une prétendue Lesb qui disait qu'elle était enceinte d'un garçon et qu'elle comptait le faire castrer à la naissance pour qu'il ne grandisse pas en mâle qu'elle détestait... Du pipeau !

En fait, le but est de faire croire que les personnes qu'ils agressent sont des malades dangereux et parasites pour solidifier leur idéologie !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lilith is in the place !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lilith is in the place !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pas de place ! faites place à Lunacade ^^
» 2009-10: Match 3em place de la ligue : Amazon VS Skaven
» [RESOLUE] Agrandir la place du thermomètre
» début de peinture de Lilith
» Habbor, toujours sur place !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communauté hippie du web :: Notre communauté :: les membres-
Sauter vers: